02/03/2013

NOROUZ - le nouvel an iranien - AU THEATRE DE LA VILLE


Enfin un nouvel an qui commence au printemps! Ca tombe pourtant sous le sens!! Le nouvel an persan.
A Paris, il sera célébré au Théâtre de la Ville.

WEEK-END NOROUZ AU THEATRE DE LA VILLE

SAMEDI 23 ET DIMANCHE 24 MARS

 

Deux jours de liesse pour fêter en famille le nouvel an persan !
Concerts, ateliers musique, danse et dessin pour les enfants, films documentaires, cuisine spéciale Norouz…

Norouz signifie littéralement en persan, « le Jour Nouveau ». Cette fête vieille de trois millénaires célèbre le renouveau du printemps et la fécondité éternelle de la terre. D’origine zoroastrienne, le Norouz est désormais la fête du nouvel an pour les peuples héritiers et descendants de l’empire perse : de l’Inde aux Balkans, environ 300 millions de personnes célèbrent, chacun avec des coutumes locales et des folklores spécifiques, ce premier jour du printemps et le renouveau du ciel et de la terre. Le jour de Norouz a été classé sur la liste représentative du patrimoine culturel de l’humanité par l’UNESCO et reconnu par l’assemblée générale de l’ONU (le 23 février 2010) comme « la journée internationale de Norouz pour la culture et la paix ».



Selection parmi le rpogramme du week-end:

PROGRAMME DU WEEK-END


SAMEDI 23 MARS


16h30 : Café des œillets, projection du film « Le ballon blanc » 1995 - réalisation : Jafar Panahi. scénario : Jafar Panahi et Abbas Kiarostami (durée 1h30).

18h30 : Café des œillets projection documentaire Norouz en Ouzbékistan, au Tadjikistan et au Kirghizstan. (durée 24 minutes).

20h30 : concert "Chant, musique et danse populaire" (voir page spectacle).
  
et aussi : dégustation de cuisine “spéciale Norouz” au bar du théâtre tout au long de la journée.


DIMANCHE 24 MARS

11h00 : Café des œillets, salon de musique (voir page spectacle).

12h30 : Café des œillets, projection documentaire Norouz en Ouzbékistan, au Tadjikistan et au Kirghizstan. (durée 24 minutes).

15h00 : Café des oeillets, poésie persane : La Conférence des oiseaux" de Farid al-Din Attar (voir page spectacle)

17h00 : concert " Chants du printemps" (voir page spectacle). 

et aussi : dégustation de cuisine “spéciale Norouz” au bar du théâtre tout au long de la journée.


-- 

 
Le concert de samedi soir sera diffusé sur France Musique mercredi 27 mars à 22h30 dans l'émission Couleurs du Monde.
  
Concert "Chant, musique et danse populaire" 


Musiciens et chanteurs Tadjiks, iraniens et kurdes réunis pour un concert haut en couleurs.
Un étonnant foisonnement musical qui invite à la danse!


Ariana Vafadari chants zoroastres (chants de Zarathoustra) a cappella
Saïd Shanbehzadeh Neyanbânn (cornemuse irannienne), Neydjofti (double flûte), flûte
Naqib Shanbehzadeh dammâm (percussion à double face, zarbetempo (percussion)
Habib Meftah dayerre
Les Chants de Zarathoustra ou Gathas, sont les prières du zoroastrisme, religion monothéiste de la perse antique, actuellement représentée par une minorité en Iran et en Inde. Si l’on n’a pas trace de la manière dont ils étaient interprétés à l’origine, Ariana Vafadari redonne vie à ces chants millénaires, véritable hommage à la liberté de penser, d’aimer, de vivre. Saïd Shanbehzadeh, son fils Naqib et Habib Meftah nous offrent une plongée dans les chants et musiques du golfe Persique, au sein de la province semi-désertique du Boucher, dans le sud iranien. Cette musique porte en elle les traces subtiles des traditions perses, arabes, africaines et indiennes. Sur cette terre de contrastes, entre mer et désert, le mélange des races et des langues a créé une étonnante diversité musicale haute en couleurs.

Kurdes de Turquie, d’Irak & d’Iran
Hussein Zahawy daf & dohol Irak
Garan Kamil oud Irak
Kamal Ceylan zurna Turquie
Azad Mirzapour târ Iran
Les Kurdes célèbrent le Norouz qu’ils considèrent comme la fête la plus importante de l’année. Issus de trois pays différents, les 4 musiciens kurdes réunis pour la première fois sur la scène du Théâtre de la Ville ont un objectif commun: la préservation et la célébration de leur culture. Hussein Zahawy, leader de l’ensemble Living Fire (littéralement « Feu vivant ») précise : « Le feu a toujours été un élément important dans la société kurde, surtout durant les festivités du Norouz. Nous avons appelé notre groupe “Living Fire” car il veut rassembler des musiciens Kurdes de différents pays, Iran, Irak, Syrie, Turquie… Nous collaborons avec différents pays, différentes régions. Je pense que la musique est l’un des chemins-clés capables de préserver la culture. Kurdistan étant une nation sans état, c’est d’autant plus important pour nous. »

Tadjikistan chant & danse du Badakhshan
Shodikhon Mabatkulov daf
Mokhtar Muborakkadamov setar
Sâhiba Dovlatshâeva chant & danse
Aqnazar Alovatov chant
Gulomsho Safarov rubâb
Le Pamir, ou Gorno-Badakhshan, cette province montagneuse du Tadjikistan, frontalière avec l’Afghanistan, la Chine et la Kirghizie, traversée à plus de 4000 mètres par la route la plus haute du monde, est peut-être la région d’Europe-Asie où le pourcentage de musiciens est le plus élevé. Musiques savantes ou populaire, chants au crescendo endiablés et danses virevoltantes comme celles de la belle Sâhiba Dovlatshâeva, se mêlent des heures durant autour du poêle disposé au centre du foyer des maisons. Un moment magique pour retrouver le charme et le gaité des villages Badakhshi.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire