14/12/2017

Tricky : nouvelle vidéo et passage en France


Un petit article sur Tricky pour Toute La Culture :
http://toutelaculture.com/musique/pop-rock/tricky-de-retour-france/



Tricky est de retour en France

-
Par Mélissa Chemam
-



Le Kid de Bristol est en concert ce vendredi à L’Elysée Montmartre



Tricky a démarré la semaine en nous présentant sa nouvelle vidéo futuriste, celle du titre «New Stole», baignant dans la couleur rouge, comme nombres de ses pochettes de disques et autres vidéos :

Tricky - New Stole feat. Francesca Belmonte



Rouge, comme la passion, comme la violence de son univers, marqué par le récit récurrent de son enfance difficile : de la mort de sa mère qui hante son premier Maxinquaye, sorti en 1995, à Knowle West Boy, un disque inspiré par l’univers social de son quartier natal, du même nom.

Cette vidéo est la plus récente d’une série marquée liée une promotion intense, entre sorties musicales, collaborations et concerts à un rythme effréné, des Etats-Unis à l’Europe centrale. L’artiste est en tournée mondiale depuis la sortie de son dernier album, il y moins de deux mois.

L’Elysée Montmartre est pour l’instant sa seule date parisienne. Une ville où le rappeur – producteur a vécu pendant plusieurs années, invité pour une résidence au CENTQUATRE, entre 2008 et 2010. Et où il a enregistré son dernier morceau en collaboration avec le génial 3D de Massive Attack, « Take It There », paru sur le quatre titre du groupe de Bristol, Ritual Spirit, sorti en janvier 2016. Tricky et sa bande seront ensuite le samedi 16 décembre à Strasbourg.


Un 13e album en 22 ans


Ununiform est sorti le 22 septembre en France, un treizième album en 22 ans de carrière aussi hétéroclite que son producteur, né à Bristol en 1968 et révélé au monde par sa première collaboration avec Massive Attack, « Daydreaming », premier single du groupe, sorti en octobre 1990.

Un treizième opus, comprenant justement treize titres. Un signe positif ? « Absolument », me répondait l’artiste en septembre, lors d’une interview, « c’est mon chiffre porte-bonheur ». L’album a en tout cas été largement acclamé par la presse britannique et française.

Le disque est sorti son propre label, False Idols. Il a été principalement enregistré à Berlin, où Tricky est basé depuis deux ans. Une ville qui lui fait du bien, explique-t-il. « Là-bas, je ne sors pas le soir, je ne fais pas d’excès, j’aime y marcher, errer en solitaire, regarder les gens faire du vélo, j’y trouve une certaine paix ».

Sur certains titres, comme « The Only Way », douce ballade sur laquelle il chante sans invité, cette paix transparaît. Comme sur « Running Wild », interprété par la Londonienne Mina Rose. « Quand je travaille sur un morceau, ou quand j’écoute une nouvelle musique, je sais toute de suite ce que j’aime, je n’ai pas besoin de le retravailler des jours, ou de le ranger pour le tester plus tard, je sais tout de suite », raconte Adrian Thaws, le vrai nom de l’artiste producteur.

Mais les autres titres renvoient aussi à son énergie hargneuse, mordante, dont des duos avec le jeune rappeur Scriptonite (sur « Blood of my Blood » notamment), un rap en russe de Smoky Mo (sur « Bang Boogie »). Autre surprise du genre : une reprise de « Doll » de Hole avec Avalon Lurks…

Enfin, la présence féminine est renforcée par les apparitions de ses fidèles collaboratrices Francesca Delmonte (sur « New Stole ») et Martina Topley-Bird (sur le superbe « When We Die », qui clôt l’album).

-




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire