26/12/2017

Trois livres qui résument l'année




Le meilleur de 2017 - en livres :


L’Art de perdre, d’Alice Zeniter 

Un style sublime et l’audace de s’attaquer à un sujet difficile, le parcours d’une famille de harkis, de leur village de Kabylie aux beaux quartiers parisiens. Le livre est d’une écriture magnifique et la sensibilité de l’auteur transparaît à chaque paragraphe. Une histoire qui transporte comme peu de livres sur le sujet.


I Am Not Your Negro, de Raoul Peck et James Baldwin 

Avec son documentaire nominé aux Oscars, le réalisateur haïtien Raoul Peck a donné vie à un livre du grand auteur américain James Baldwin, laissé à l’état de notes, intitulé Remember This House. Consacrés à son amitié avec trois grands militants pour les droits civiques Metgar Evers, Martin Luther King Junior et Malcom X, le texte et le film décryptent la construction de la société américaine basée sur la discrimination et l’érection de stéréotypes insurmontables pour séparer les héritiers des autoproclamés « pionniers », venus d’Europe, et les autres Américains. Depuis, le film a permis aux éditeurs français de ressortir les textes de James Baldwin et le film de Raoul Peck est quant à lui devenu ce livre. Une lumière.


The Underground Railroad, de Colston Whitehead 

Récompensé aux Etats-Unis par le prix Pulitzer 2017 et le National Book Award, Underground Railroad  retrace l’histoire d’un réseau d’aide aux esclaves en fuite à travers l’histoire d’une jeune femme qui s’évade de sa plantation de coton en Géorgie pour tenter de rejoindre « les Etats libres du Nord », avant la guerre de Sécession. Un roman, écrit et paru avant l’élection de Donald Trump, et qui s’est hissé sur le devant d’une scène qui a pris le parti de ne plus enterrer l’histoire troublée de ce pays en pleine crise sociale et politique.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire