04/12/2012

KENYA : Kenyatta et Ruto font alliance


Kenyatta et Ruto font alliance


la vidéo: http://www.alqarra.tv/2012/12/04/kenya-kenyatta-et-ruto-font-alliance/



Al Qarra – Ils sont parmi les figures qui dominant la vie politique kenyane. Ils sont pourtant poursuivis par la CPI pour responsabilités dans les violences postélectorales de 2007-8. Et ils viennent à présent de sceller une alliance. Uhuru Kenyatta et William Ruto vont associer leurs forces pour les prochaines élections de mars 2013.
Pourtant Kenyatta, fils du premier président du pays Jomo Kenyatta, représente le pouvoir historique des Kikuyus, ethnies majoritaires du pays, alors que Ruto, ancien ministre accusé à multiples reprises de corruption est un militant de la cause des Kalenjins.
Ils promettent que leur alliance a pour but de mettre fin à tout conflit ethnique dans le pays…
Uhuru KenyattaVice-premier ministre du Kenya et dirigeant du Parti de l’Alliance nationale : « Depuis que nous avons été accusé à tort, nous nous tenons face à la nation et le monde pour suivre la procédure judiciaire et le droit dans le but de prouver notre innocence, et cela ne veut pas dire que l’on doit nous priver de nos droits ».
William Ruto, Dirigeant du Parti républicain uni : « Sous notre direction et notre surveillance, nous ne permettrons jamais que le sang soit à nouveau versé et des propriétés détruites au nom de la concurrence politique ».
Kenyatta, le vice-premier ministre, et Ruto ont annoncé leur pacte dimanche lors d’un rassemblement à Nakuru dans la vallée du Rift, une des régions les plus touchées par les violences en 2008. Et ils l’ont scellé lundi soir dans la capitale Nairobi par une signature officielle.
L’accord prévoit que Kenyatta se présente comme président et Ruto comme son vice-président.
Pour les analystes politiques, malgré leur popularité, cette alliance ne leur garantit pas la victoire…
Tom Maliti, Analyste politique : « Nous n’y sommes pas, ils ne sont pas élus et n’ont pas gagné les élections, ils vont devoir se battre pour être élus. Et ce sera difficile parce que tout ce qu’ont fait William Ruto et Uhuru Kenyatta, c’est consolider ce qu’ils pensent être leurs bases de soutien. Ils leur faut encore s’adresser au reste du pays et présenter leur programme ».
De plus, ils risquent encore de tomber sous le coup d’un mandat d’arrêt de la CPI, ce qui bouleverserait les rapports politiques dans tout le Kenya.
Tom Maliti, Analyste politique : « Si la Cour émet des mandats d’arrêt contre les deux individus, cela aura de lourdes conséquences pour le pays car le reste du monde va en déduire que les dirigeants du Kenya sont des criminels recherchés et accusés et donc des questions seront soulevées dans plusieurs capitales, sur le continent africains et ailleurs, pour se demander si l’on peut commercer avec le Kenya ».
Les élections présidentielles et législatives sont prévues pour le 4 mars 2013 au Kenya, notamment du fait d’une nouvelle constitution rédigée l’été 2010 en conséquences des violences des précédents scrutins. Mais beaucoup craignent que les tensions ne s’apaisent pas assez d’ici là, alors que des violences ont fait plusieurs morts ces dernières semaines dans plusieurs régions du pays.

Par Mélissa Chemam

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire