06/12/2012

Kenya: Nouvelle alliance pour les élections

Au Kenya, les alliances se multiplient en vue de l'élection présidentielle de 2013... Après celle de Uhuru Kenyatta et William Ruto, voici que le Premier ministre se trouve lui aussi un allié pour former un "ticket" pour le jour J, car les candidats au poste de Mwai Kibaki sont toujours aussi nombreux.

Voici mon dernier sujet, pour Al Qarra TV.

vidéo :
http://www.alqarra.tv/2012/12/06/kenya-nouvelle-alliance-pour-les-elections/



Al Qarra - Après William Ruto et Uhuru Kenyatta en début de semaine, c’est au tour de Raila Odinga et Kalonzo Musyoka d’annoncer leur alliance au Kenya. L’actuel Premier ministre et le vice-président vont présenter une coalition pour les prochaines élections de mars 2013.
Raila Odinga, Premier ministre kenyan : « C’est une coalition des vainqueurs, signée pour mettre fin aux effusions de sang. Nous signons aujourd’hui pour propulser le Kenya vers les hauteurs et la prospérité ».
Comme leurs adversaires, Odinga et Musyoka affirment qu’ils s’allient pour appeler à l’apaisement et dépasser les clivages tribaux et ethniques.
Kalonzo Musyoka, Vice-Président kenyan : « La semaine dernière, j’ai senti des tensions dans tout le pays, et c’est pour cela que nous devions agir et être audacieux pour faire passer le Kenya avant tout ».
Raila Odinga fait partie de l’ethnie Luo, et en tant que Premier ministre est souvent donné comme favori du prochain scrutin. Mais plus de 10 aspirants sont toujours en lice et aucun ne peut pour l’instant prendre la tête des sondages seul.
Anciens alliés, Odinga et Musyoka s’étaient opposés lors du scrutin présidentiel de fin 2007 qui a été marqués par de sanglantes violences postélectorales, faisant plus de 1200 morts en quelques mois.
Parmi les 10 aspirants présidents, deux sont poursuivis par la CPI, d’autres ont été démis de leur postes pour accusations de corruptions, mais ils ne semblent pas prêts à se retirer de la vie politique.
Macharia Munene, analyste politique kenyan: « Si les candidats devaient se retirer à chaque fois qu’ils sont mis en cause par la justice, plus personne ne pourrait se présenter… »
Le procès de la CPI ne devrait pas s’ouvrir avec le scrutin général du 4 mars 2013. Pour les Kenyans, la justice n’est pas rendue alors que la lutte contre violence politique est une priorité. Ces alliances prouvent au moins que leurs dirigeants tentent d’en tenir compte.

Par Mélissa Chemam

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire