02/01/2013

2013


 Ça y est c'est 2013, la nouvelle année. Je ne redirai pas à quel point 2012 a été une grande année, enfin, je l'ai redit, mais je ne veux pas insister - je sais que pour beaucoup, pour le monde, elle fut une année de dangers, de douleurs, surtout sur notre continent africain souvent mentionné ici. 

 Paris un 1er janvier

Mais bon, la vie de freelance, les reportages improvisés, le premier grand voyage en Inde, les 38 avions en un an, re-parcourir ma chère Afrique de l'est de Nairobi à Addis, rencontrer l'Afrique de l'ouest via Monrovia et en toute fin d'année la belle Dakar, découvrir le Mexique (aka Fantastico Mexico), me ridiculiser en espagnol, adorer le Mexique... c'est fini. 

 Fantastico Mexico

Oui c'est fini, car tout a une fin, et que les débuts ça peut sûrement être bien aussi. De toutes façons, l’année, en vrai, finit et commence en septembre, tout le monde le sait, comme à l’école ou en Éthiopie ou dans le calendrier juif. Mais bon.  

Alors que fait-on pour marquer la nouvelle année comme tout le monde et en douceur? On change, et on commence par changer de son.  

Et le son du 1er janvier... Humblement ce soir c'est

http://www.youtube.com/watch?v=Wvf0kbefvbo 

Norah Jones, et un extrait de son dernier album.

Et celui-ci aussi, 'All A Dream' :

http://www.youtube.com/watch?v=nIX_fUAqDNM  

J'ai toujours été en retard en matière de découvertes musicales. Parce qu'il faut cela pour murir un amour entre son oreille et un son nouveau, au moins ça, le temps, le recul. 

En tout cas, merci à Norah Jones et à Léonard Simeon pour les couleurs et les bruits de ce premier jour de beaucoup de choses. 

Écrire, lire, écouter


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire