07/01/2013

PRELJOCAJ A GARNIER

Preljocaj, encore et toujours mon chorégraphe préféré, nous a offert deux pièces splendides ce week-end à l'Opéra Garnier... La merveille continue jusqu'au 10 janvier.
J'en profite pour re-publier mon portrait du chorégraphe, publié il y a quelques années dans le Monde des Religions :

CHEMAM MELISSA - Publié le 1 septembre 2005 - Le Monde des Religions n°13

http://www.lemondedesreligions.fr/archives/2005/09/01/portrait-angelin-preljocaj-entre-ciel-et-terre,7802103.php

Portrait

Angelin Preljocaj
Entre ciel et terre


Que peut le corps ? » Cette question de Spinoza revient à Angelin Preljocaj à chaque nouveau ballet. Le chorégraphe présente à Paris deux de ses spectacles, les Quatre Saisons, au Théâtre de la Ville (1), et le Parc, à l'Opéra de Paris (2). Ce dernier, ballet classique, « ce que je peux faire de mieux pour l'Opéra de Paris », dit-il, est né à la lecture de la Princesse de Clèves, de Madame de La Fayette. « Je voulais effleurer les mêmes passions, raconte Angelin Preljocaj, mais dans la danse, où le corps se livre comme un symbole. » 

Né en 1957, formé à la danse classique, venu à la danse contemporaine après la pratique des arts martiaux, Angelin Preljocaj est un esthète et un penseur du mouvement. Pour lui, la danse est d'ailleurs une pensée en mouvement. « Le corps est un lieu unique en ce monde, avec une convergence entre l'instinct et l'intelligence. L'homme est, par sa position même, debout, un lien entre le ciel et la terre ; relié à la matière, mais aussi à autre chose », explique-t-il. Une foi personnelle l'influence en filigrane : « La spiritualité est un thème passionnant pour la danse, précise le chorégraphe. Le thème de l'Annonciation, par exemple, que j'ai monté en ballet, était totalement évacué de l'art chorégraphique. Alors qu'il raconte la capacité d'un corps à accueillir un autre corps, les transformations d'un corps de femme. Ce thème traverse vingt siècles d'histoire de la peinture, un art qui m'inspire énormément. » Et pour Angelin Preljocaj, tout art a une histoire, et les artistes jouent à une télépathie à travers le temps. « Je me lance sans cesse dans des relectures, poursuit-il. J'ai repris le thème des noces avec ma vision et mon sentiment, dans Roméo et Juliette, par exemple, et dans le Sacre du Printemps. » 

Le balancement de l'exil

Dans sa nouvelle le Cousin des anges, Ismaël Kadaré, d'origine albanaise comme le chorégraphe, raconte la traversée des Balkans de la famille Preljocaj. Elle lui a inspiré une métaphore inouïe, celle du balancement de l'exil comme naissance de l'instinct du danseur. La mère du chorégraphe était enceinte de lui lorsqu'elle a fui la dictature avec son mari, à travers les montagnes du Monténégro. « Evidemment, je ne me rappelle pas cette marche, mais l'exil est une thématique très forte pour moi. Dans ma vie, comme dans ma carrière. Notre génération porte la culpabilité et le mensonge de l'exil : culpabilité des proches laissés derrière soi, et mensonge qui doit justifier le départ, le rêve de réussite réalisé ou non. » Ce rêve, Angelin l'a réalisé pour sa famille le jour où son spectacle a été représenté dans l'opéra national de Tirana. Après des décennies de séparation, la famille a été acclamée en terre albanaise. Le miracle de la danse, peut-être.

(1) Du 27 septembre au 8 octobre 2005 (relâche le 3 octobre).
(2) Du 20 septembre au 4 octobre.

--

Les infos sur le spectacle de 2012 Helikopter / Eldorado :

http://www.operadeparis.fr/saison_2012_2013/Ballets/ballet-preljocaj/detail/

Le Ballet Preljocaj réunit et présente pour la première fois deux pièces de son répertoire inspirées par des musiques de Karlheinz Stockhausen, Helikopter à l'énergie effrénée etEldorado (Sonntags Abschied), ballet intimiste et sensuel. Deux œuvres-phares de l’un des artistes incontournables du paysage chorégraphique actuel pour qui la danse est un socle d’inspiration inépuisable.


HELIKOPTER

Karlheinz StockhausenMusique (Helikopter-Quartet interprété par le Quatuor Arditti)
Angelin PreljocajChorégraphie
Holger FörtererScénographie
Sylvie MeynielCostumes
Patrick RiouLumières

COMMANDE DE LA BIENNALE NATIONALE DE DANSE DU VAL-DE-MARNE COPRODUCTION LA CRIÉE, CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL DE MARSEILLE ; BIENNALE NATIONALE DE DANSE DU VAL-DE-MARNE ; MAISON DES ARTS ET DE LA CULTURE DE CRÉTEIL, SCÈNE NATIONALE ; GROUPE PARTOUCHE CASINO MUNICIPAL AIX / THERMAL ; BALLET PRELJOCAJ
AVEC L’AIDE À LA CRÉATION DU CONSEIL GÉNÉRAL DU VAL-DE-MARNE

ELDORADO

Karlheinz StockhausenMusique (Sonntags-Abschied)
Angelin PreljocajChorégraphie
Nicole Tran Ba VangScénographie et costumes
Cécile Giovansili, Angelin PreljocajLumières


--

DANS LA PRESSE

La critique du délicieux site Toute La Culture:
http://toutelaculture.com/2013/01/le-ballet-preljocaj-a-lopera-garnier-un-brillant-hommage-au-compositeur-stockhausen/

--

Pour infos :


BALLET PRELJOCAJ

www.preljocaj.org/
Direction Angelin Preljocaj.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire