17/11/2012

MALI: COMMUNIQUE DES MALIENS DE FRANCE POUR LA PAIX


Collectif des Maliens de France pour la paix: " aucune négociation avec les groupes armés narcoterroristes"



COLLECTIF DES MALIENS DE FRANCE POUR LA PAIX (CMFPaix)

COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris, 15 novembre 2012

Face aux abominables crimes commis dans les régions nord du Mali, aucune négociation
avec les groupes armés narcoterroristes
qui doivent passer devant la Cour Pénale
Internationale (CPI).

Depuis le 17 janvier 2012, le sang des Maliennes et des Maliens continue de couler dans
les régions de Tombouctou, Gao et Kidal ainsi que la localité de Douentza qui sont sous
occupation des groupes armés criminels, irrédentistes, intégristes et narcoterroristes. Prises
en otage, les populations sur place croupissent dans la terreur et la misère pendant que
la délivrance se fait attendre. En déshérence depuis sept mois sous le joug des bandits et
des narcoterroristes, nos compatriotes continuent de subir des exactions de tous genres :
amputations à vif, lapidations à mort, viols, vols, pillages des infrastructures socio sanitaires,
flagellations publiques, les brimades et privations de libertés. Des vestiges classés au rang de
patrimoine mondial ont été délibérément et systématiquement démolis. L’honneur du Malien
a été bafoué et le Mali à genoux !

Ces abominables crimes ont été perpétrés par les sanguinaires groupes armés du MNLA
(mouvement national de libération de l’azawad), d’ANSAR DINE, MUJAO (mouvement
pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’ouest) et AQMI (Al Qaeda Maghreb islamique).
Face à ce désastre national inacceptable, nous, Collectif des Maliens de France pour la
Paix (CMFPaix) avons déjà condamné et dénoncé systématiquement les exactions subies
par les populations des régions occupées par des manifestations de marches, sit-in, meeting et
conférences de protestation. Ainsi aujourd’hui nous réitérons nos positions déjà clairement
consignées dans nos différentes motions à savoir :

1) La reconquête de l’intégrité territoriale du Mali, de gré ou de force et au besoin
avec l’appui de la communauté internationale, pour la restauration d’un Mali, Un
et Indivisible.

2) Aucune négociation avec les groupes armés criminels composés de Maliens ou
d’étrangers : MNLA, ANSAR DINE, MUJAO et AQMI.

3) Combat sans relâche, tant que justice n’est pas rendue à l’ensemble des victimes
(militaires et civils) des crimes commis contre le peuple et l’Etat maliens depuis le
17 janvier 2012 à nos jours.

Enfin nous demandons à la CPI de tout mettre en œuvre afin que tous les criminels, auteurs
des exactions perpétrées sur de paisibles populations soient sévèrement punis avec toute la
rigueur de la loi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire